Pumuckl signé !?

Posted in Anecdotiste info, écoutez pumuckl, discographie on juillet 14, 2011 by pumucklblog

C’est avec une petite fierté que je vous annonce la première sortie « officielle » d’un disque de [pumuckl]

Simple 7′, Vinyl au format 45 tours, est ainsi la première sortie du tout nouveau label withoutmyhatrecords et comprend « sommeil léger » et un remix de « sonore ». Premier (…) tirage à 300 exemplaires, en vente 5.5€ (+1.5 port) sur le site du label.


L’idée a germé, il y a maintenant presque un an et demi, dans la tête d’Olivier, web chroniqueur (benzine, entre autre), blogueur insatiable (ici) et intense soutien immodéré de pumuckl depuis 2005. Pour tout dire, à l’époque, je me suis dit que l’idée était lancée dans l’espace et que son orbite allait vite dériver. C’était mal connaitre l’opiniâtreté et la conviction contagieuse du camarade.

Bref, je suis vraiment content du projet pour tout un tas de raison. D’abord, parce que, étant viscéralement attaché à l’objet disque, ce rétropédalage vers un support vinyl, avec une grande et belle pochette, me semble une démarche finalement en phase avec mes envies de « solide », de matériel. Ensuite, parce qu’il ne fait aucun doute que je partage avec l’ami Olivier une connivence musicale évidente, son blog étant devenu mon abreuvoir de découvertes… Enfin, parce que ce même Olivier m’a offert ce dont la plupart des « artistes » (je n’aime toujours pas ce mot) rêve aujourd’hui: un investissement (dans tous les sens du termes) sans condition, une adhésion sans réserve… bref un engagement qui transforme en acte tous les mots qu’il avait pu tenir dans ses chroniques. Alors sans fioriture, merci à lui!

C’est Olivier qui a choisi « Sommeil léger » comme face A. Cette chanson aura été définitivement un point fixe dans ma pseudo carrière… Ma première chanson en français, la chanson titre du EP de loin le mieux chroniqué, celle dont tout le monde m’a toujours parlé, notamment après sa parution sur le volume 8 des compilations A découvrir absolument, celle qui aura fini en ouverture de l’album. Cette polarisation me déborde un peu… Etrange trajet pour un titre naif, que  j’ai souvent crains bancal…

J’ai voulu une nouveauté relative pour la face B, et j’ai opté pour le remix, déjà parce que j’étais à sec de titres « sortables » et ensuite parce que l’exercice m’amusait. Lors des sessions de l’anecdotiste, j’avais enregistré le titre avec l’idée de ne pas reproduire les ficelles un peu récurrentes de pumuckl (a savoir des envolées de grosse guitare en fin de morceaux…). J’avais donc opté pour un arrangement en tension mais sans explosion… Le remix a été l’occasion de donner une revanche à l’agressivité contenue du titre: j’ai relâché les chevaux!

Plus de nouvelles tout bientôt!

ADA HS3: Remué

Posted in écoutez pumuckl, news on avril 11, 2011 by pumucklblog

 

Après Diabologum #3,  La webzine ADA propose une relecture intégrale de l’autre album culte de votre serviteur: remué de Dominique A.

Je me suis affronté au 8ème titre, Douanes. Pourquoi douanes me direz vous? D’abord par gentil contournement des titres de bravoure (pères ou je suis une ville). Par hasard, Douanes étant le titre qui s’est « décoincé » le premier parmi tous ceux que j’avais mis en chantier (le morceau caché n’est pas passé loin…). Par petit challenge technique, car douanes est un titre harmoniquement assez flottant, sans grille d’accord cyclique,  sans couplet/refrain,  sans aspérité rythmique… Bref un titre dont on peut très rapidement affadir l’orchestration, écueil que j’ai essayé d’éviter.

La compil s’accompagne d’une petite interview des participants, la mienne avec mon minois flouté est ici.

d’autres news tout bientot…

rideau sur 2010

Posted in humeur, pumuckl écoute on décembre 25, 2010 by pumucklblog

Après avoir renoncé à l’exercice depuis bien des années, je m’autoriserai en 2010 à formaliser par ce petit billet mon modeste bilan tout personnel de l’année écoulée…

Pour ce qui concerne mon nombril ou plus exactement celui de pumuckl, 2010 qui devait être une année de pause a été une année de sollicitations ponctuelles et de projets « one shot », avec au final, bon nombres de concrétisations sympathiques. Pêle mèle, le split single Laudanum Vs Pumuckl, la compilation hommage à Sparklehorse du label « les disques normal », la participation à la compilation diabologum du webzine ADA… Et avec en carton encore,  un duo avec l’indispensable Lou dont je suis plutot fier mais qui n’a pas encore trouvé un support adéquat de diffusion, une reprise de dominique A pour la compilation ADA « remué », un remix de « sonore » qui sera diffusé en 2011 (mais surprise…). J’espère que les cartons seront ouverts en 2011… Pour les choses encore à faire, j’ai une petite envie de EP mais trouverai-je la motivation…?  a suivre.

Pour ce qui concerne la musique des autres, je m’abstiendrai de faire un quelconque bilan de la production « phonographique » de l’année passée car

  1. Vous vous contrebalancez de mon opinion, et vous avez bien  raison
  2. le survol des « top » de l’année me démontre par a +b que je suis passé à coté d’un océan de disques que je n’aurais d’ailleurs pas eu le temps de découvrir même avec une volonté activiste…
  3. comme diraient les économistes, mes préférences ne sont pas transitives et je ne sais pas comment on fait pour placer sufjan stevens à la place 27 et midlake en place 31…
  4. 2010 aura été pour moi l’occasion de sillonner le passé plus que le présent.

Bref, pour jouer le jeu, je vous dirai de courir acheter l’album d’ARLT qui s’appelle la langue et qui aura été ma seule vraie découverte de l’année. C’est minimal, ça dégage une véritable esthétique, maitrisée et assumée. Comme des comptines pour adultes, des formats simples incroyablement crus dans leur naiveté. Des comptines où plutôt que de se parler de parent à enfant, on se parle entre amants et où n’importe quel sujet devient « innocent ».

Et sinon, je résumerais l’année par l’album High Violet de National, pour le meilleur et pour le pire… Pour le meilleur, les chansons, évidentes…  Avec comme d’habitude un interêt plus limité pour les titres mis en avant et une affection absolue pour la fin de l’album (les trois derniers titres…). Et pour le pire, ce que nous raconte cet objet sur l’état tragique du marché de la musique.   Un album « indépendant » (4AD, merde!)  qui « ressort » 8 mois après sa parution initiale avec moulte bonus démontrant encore une fois au consommateur crédule que sa démarche d’achat est vilainement méprisée. Un album par ailleurs d’un niveau technique assez médiocre (apparemment, si on en crois l’ingé son en charge du mixage de l’album, les gars de National s’autoproduisent comme des ados avec tous les potars à fond…) qu’aucun label n’aurait laissé passer en l’état il y a encore quelques années, national ou pas national.

Je vous quitte en écoutant une vieillerie de fountains of wayne qui me propose : « i wanna sink to the bottom with you« . Je suis.

 

danger

Posted in pumuckl écoute on octobre 24, 2010 by pumucklblog

Cela fait une éternité que je n’ai pas parlé musique sur ce blog… Alors quand je prends la plume numérique, ce n’est pas par corvée, c’est par évidence. Evidence de l’envie de vous recommander un disque vieux de 15 ans mais tout récemment découvert: le danger de madame Françoise Hardy.

Je me souviens qu’a 13, 14 ans, quand l’époque invitait ma jeune oreille à regarder des clips sur M6, j’avais entendu furtivement le danger et un peu d’eau, les  deux simples de l’album. Je me souviens, malgré mes gouts d’adolescents métalleux, avoir trouvé ces chansons spéciales, loin de la variété qui les encadrait dans la programmation, et assez ésotériques, en fait.

Me voila donc 15 ans plus tard à acheter ce disque, presque par hasard. Et en un mot: la classe.

Françoise Hardy trouve à cette époque une nouvelle aura non plus d’égérie mais d’icône intacte de la pop 60’s, redécouverte par une nouvelle génération anglo-saxonne. On se souvient notamment d’une apparition magnifique sur la chanson to the end sur the great escape de Blur (la proximité physique de Damon Albarn avec Jacques Dutronc jeune est d’ailleurs assez troublante, en tout cas flagrante).

Le danger donne en quelque sorte réalité et sens à ce statut en déballant 13 titres  « hardy » dans un format à la pointe voire à l’avant garde des tendances indés de l’époque, brit pop, shoegaze (10 heures en été…). La chanson « le danger » est sans doute la meilleure illustration de cette réussite. On y entend ce phrasé si particulier, ou les voyelles longues donnent au francais une musicalité anglo saxonne, ou les variations du débit mouvementent la chanson sans la heurter. On y entend la mélancolie simple et  intacte de hardy, mise à jour des considérations d’une femme cinquantenaire.

La classe. mais je l’ai déjà dit.

Tributes to Diabologum & Sparklehorse

Posted in écoutez pumuckl on août 12, 2010 by pumucklblog

Comme promis, pumuckl figure  sur deux compilations hommage sorties en téléchargement gratuit ces jours ci. Les explications sont la.

Tout d’abord le webzine A decouvrir absolument publie le réenregistrement intégrale du dernier album de Diabologum (télécharger ici), avec le tracklist suivant:

1. Blue Haired Girl – De La Neige En Eté

2. Laudanum – Il Faut

3. Arnane – Les Angles

4. Alexperimental – Une Histoire De Séduction (libre adaptation)

5. Pumuckl – A Découvrir Absolument

6. Cracks – 365 Jours Ouvrables

7. Jameson Test – Dernier Etage

8. The Camping Car Suicide – La Maman Et La Putain

9. Karl-Alex Steffen – Un Instant Précis

10. Ged – Blank Generation

C’est un honneur de faire partie de cette folle aventure.

Ensuite, le label les disques Normal publie une compilation de 19 titres en hommage au défunt  Mark Linkous de Sparklehorse. On y retrouve des copains (David Fakenahm et, pour la troisième fois avec moi cette année,Laudanum) des gens avec qui j’ai partagé la scène (Jullian Angel, Mechanism for people) et d’autres artisans de la scène indépendante (Angil, pokett, centenaire, etc…). Tout est à télécharger par ici.

Merci à ADA, aux disques normal pour les invitations et à Matthieu Malon pour les aides techniques.

sunshine by band of ghost // heart of darkness by recorded home // weird sisters by david fakenahm // piano fire by mechanism for people // sick of goodbyes by laudanum // sea of teeth by centenaire // dog door by tycho brahé & polder // eye pennies by jullian angel // hammering the cramps by sunday sunday // more yellow birds by tis// sea of teeth by pumuckl// gold day by b r oad way // it’s a wonderfull life by hopen // all night home by pokett // almost lost my mind by montgomery // king of nails by cyrod // saturday by angil // someday i will treat you good by we only said // homecoming queen by fi_cel (featuring elfya)

La quinte de pumuckl.

Posted in Uncategorized on juillet 19, 2010 by pumucklblog

Le tout beau atticawebzine offre à votre serviteur une belle vitrine pour évoquer les disques du moment: c’est à lire ici!  Une façon d’évoquer l’album de Lou, notamment.  

A propos de Lou, allez donc lire sa belle interview sur A découvrir absolument. Et promis, si je la mets en haut de ma quinte, ce n’est pas pour rendre l’appareil!…

mon plan de reprise…

Posted in écoutez pumuckl, news on juin 8, 2010 by pumucklblog

J’ai délaissé ce blog depuis bien longtemps et sa fréquentation me le rend bien. J’aurais bien envie d’évoquer dans ces pages les différents disques, concerts et films qui ont rythmé mes jours ces derniers mois, mais mon avis n’a au final pas beaucoup d’intérêt pour la collectivité ! Je me promets néanmoins de trouver le temps de vous parler du très bel album de Lou (et après et on verra) qui est sorti le mois dernier et dont j’ai suivi l’avancée depuis… quelques années maintenant.  Avec toujours ce sentiment de connivence musicale (dans la marginalité trop invisible sans doute).

Et pumuckl alors… si j’ai appuyé gentiment sur la pédale frein depuis six mois après l’investissement exclusif pour l’anecdotiste, j’ai quand même œuvré autour de projets collectif en « one shot ».

Il m’a été proposé par le label « disques normal » de participer a une compilation (avec david fakenahm,, laudanum, jullian angel, etc…)  en hommage au regretté Mark Linkous de sparklehorse, qui a décidé de partir en ce début d’année. Je ne suis pas fan absolu de Sparklehorse mais j’ai un souvenir très ému du troisième album (wonderful life) grâce auquel j’ai découvert ce groupe. Je voulais en reprendre la chanson titre (en la mélant avec un couplet de strawberryfields, allez comprendre j’ai toujours penser aux couplets de strawberryfields en écoutant l’intro de wonderful life) mais c’était déjà pris ! Je me suis rabattu sur sea of teeth, chanson pour la peine farouchement de circonstance (la mort, la poussière…). Ce qui me gène un peu en fait, j’espère que les circonstances ne polluent pas en pathos une chanson qui, avant tout, est une belle chanson, sobre comme l’étaient la plupart des titres de sparklehorse.  Le travail a été très rapide,  sans trop d’hésitations et me replonge dans des l’univers de « Carbone », tant du point de vue du discours que des arrangements.  Le bouclage de la compil semble prendre quelque retard mais devrait être téléchargeable gratuitement très bientôt, je vous tiens au courant dans ces pages.

Le webzine ADA (qui finalement continue de faire des compils) a également lancé un appel à candidature pour un projet déraisonnable : le réenregistrement de #3 de diabologum, (le meilleur album que la France a jamais connu dans le cœur de votre serviteur, j’avais expliqué pourquoi sur ce site mais la migration du blog a scratché ma prose, je m’en rends compte en écrivant ce message…f*ck). Si pumuckl ne le fait pas, qui le fera ? Par peur de voir tous les candidats malheureux de la nouvelle star se lancer dans l’aventure, je suis sorti de ma réserve j’ai mis de coté mes complexes face a ce monument intouchable, et j’ai choisi de me lancer dans ce qui reste pour moi de l’arrogance satisfaite : reprendre diabologum. Le choix du titre a été douloureux. Je voulais au début m’attaquer a un titre plus « facile » (toute proportion gardée). J’ai pensé à les angles , avec son texte court, sans mélodie. Déjà pris, m’a-t-on dit. Au final, comme l’injection d’un soupçon de modestie dans l’entreprise aurait relevé du cache sexe, j’ai rangé toute ma modestie en choisissant le mythe, le chef d’œuvre de Michel Cloup (après de la neige en été…), A découvrir absolument.

Cela a été assez vite aussi. 3 jours a temps complet. Sans plan prédéfini, sans intention a priori. Car pour s’attaquer a ca, il ne fallait pas réfléchir. Foncer dans le tas. Je ne saurai pas vous dire si ma version est fidèle…  Musicalement, je me suis sans doute peu affranchi (j’ai pourtant essayé, en changeant les harmonies, en remplacant les tonalités mineures par des majeures, plus enlevées, en prohibant l’usage du délai, etc…). Quant à l’intention, je vous laisse juge. En espérant que la technique ne tue pas le spontané. Choisir comment prononcer un texte qui peut tout dire…

Les 2 morceaux seront disponibles à la rentrée!