Chroniques: Philosophage et subutex

Chroniques: Philosophage et subutex

Magic Box

Philosophage 2.0

Tout
commence par une phrase qui évoquera aussi bien Magritte que Programme :
"tout ce que vous écoutez est faux". Forte entrée en matière qui
instaurera le début d’une réflexion sur la musique de Pumuckl (alias Stéphane
Lhérault) et le comment de sa production. Tout l’habillage sonore de
Philosopage est un pur produit du sampling et de la programmation, leurrant son
monde avec de faux instruments (au sens classique du terme). Virtuelles, les
cordes martiales de Philosophage 1 ; samplées sur CNN les voix du morceau ! On
sait que Pumuckl a recruté autour de lui de vrais instrumentistes : David
Fakenham à la batterie et Sarah au violoncelle mais comment ne pas être dès
lors suspicieux avec les guitares, instruments lead au centre de l’œuvre ?
Sont-elles parfois samplées ou toujours jouées par Stéphane ? Et quant est-il
du piano (aussi beau que du keith Jarrett) sur Philosophage + ? Tout ce questionnement
pour se dire au final, après avoir passé 40′ d’immersion totale dans l’univers
de Pumuckl, que cette réflexion devient sans intérêt. Ou seulement pour prendre
conscience de comment se fabrique un tel disque (Le sémioticien parlerait de
méta représentation). Car pour le reste… Seul importe, le résultat et le talent
absolument indéniable de Stéphane pour accoucher d’une oeuvre majeure qui
ferait les choux gras de la presse musicale si elle était signée chez
Constellation. Les guitares sont belles même dans leurs longs moments
d’épanchement et les textures synthétiques, profondes, glaçantes, tranchantes,
indus, bruitistes… Pumuckl évoquera donc Godspeed You Black Emperor, A Silver
Mt Zion, mais aussi le Kronos Quartet (Philosophage 4), l’électronica allemande
et Einsturzende Neubauten. Peut-être mon autoprod de l’année !

Subutex

Vous en voulez encore ? Stéphane Lhérault
doit être sur-actif car dans la foulée du dense Philosophage version 2.0
(il y avait une version1.0 avant), il a fait une autre petite création, Subutex.
14′ pas plus pour retrouver la musique de Pumuckl dans une ornière un peu
différente. L’habillage reste le même (Subutex 3) mais de l’œuvre
générale, émane un mysticisme nouveau. Des chœurs éthérés reviennent
régulièrement et il n’en faut pas plus pour raviver Dead Can Dance et sa
chanteuse Lisa Gerrard dans notre mémoire. Un clavier ensorcellant
revient sans cesse nous hanter et nous voilà plongé dans une musique de film
fantastique des années 70. On se rappelera dès lors, La BO de Pino Donaggio sur
"Carrie". Ce qui nous donnera l’explication ultime, Stéphane doit
être enfermé dans un placard, ne passant pas ces obscures journées à se
mortifier en lisant la Bible
devant un Christ ensanglanté, mais à façonner pendant des heures, sa musique,
une miniature appelée à devenir gigantesque.

Denis Zorgnoitti


A découvrir absolument.

Philosophage

A trop écouter Programme on en
oublie sa propre vie. Le " ce que vous entendez est faux " et d’une
vérité implacable car cette phrase est fausse dans sa vérité. Faux certes mais
la suite ne mérite pas la moisson. Collage, découpage, air lourd et pesant
(Philosophage 1) Pumuckl (alias Stéphane Lhérault) va chercher une rythmique au
tréfonds du fond derrière un habillage trompeur. Tout cela reste ambitieux et
réussi le tour de force de ne jamais ennuyer. Pumuckl avance comme une sonde
sur des ruines (Philosophage 2). Sur une electro politique et citoyenne Pumuckl
sillonne ce qu’il peut recouvrir d’un nuage pessimiste. Suivant les cordes
d’une symphonie achevée mais éphémère (intermède) c’est un papillon tremblant
qui recule à l’idée de sortir. Morceau de bravoure placé en milieu de disque,
Philosophage 3 est de facture plus classique mais tétanise car il oublie de
s’oublier et se colle à son propre destin devenant sa propre histoire dans son
propre cheminement. Quand les tiroirs s’ouvreront les vides parleront ! En ce
perdant dans l’espace temps Pumuckl a trouvé la lumière quitte à se brûler à
son contact et à ne plus donner signe de vie que les par les ondes d’un
compteur Geiger. L’histoire tourne alors sur elle-même et la concision se fait
porter pâle. Mélangeant Pascal Comelade à GYBE (philosophage 4), jouant dans
les grands espaces (conclusion), Pumuckl est un projet qui en finissant pas un
sous la neige plus que suggestif ne cache pas ce désir de faire parti de cet
esprit frondeur qui faisait entre autre l’intransigeance de Lithium et sa
légitimité ad vitam æternam.

Gerald de oliveira

 Subutex

Après avoir décliné le
philosophage en quatre mouvements, Pumuckl est de retour avec un philosophage
grossi d’une déclinaison du subutex en trois mouvements et deux pauses. Aussi
compliqué que cela puisse paraître, tout est en fin de compte très simple deux
titres et des pauses. Le subutex est un palliatif, un patch en intra veineuse
pour les grands brûlés de la vie, les cramés de l’intérieur, les camés
jusqu’aux ongles. Avec ce traitement pumuckl déracine l’arbre qu’il venait tout
juste de planter (philosophage) brûlant toutes les branches et brûlant les
racines avec du vin de messe. Il y a dans ce nouvel EP une corrélation avec le
religieux, frisant parfois l’exorcisme sans expulsion du démon. Subutex est un
univers parallèle à celui de pumuckl, comme l’acte de renoncement d’un acteur
vivant du désir de ne pas se laisser berner. L’éclairage est minimaliste, on
croise ici et là les ombres des anges de l’Amérique de cette période des
premiers malades. On vous aura prévenu l’avenir est à chercher ailleurs ici on
clos quelque chose avant le grand changement sans doute.

Gerald de
oliveira


Benzine

Subutex
& Philosophage 2.0
 

Avec
son sampler, aidé d’un clavier et d’une guitare, ce musicien originaire de
Paris propose deux eps. D‘abord Subutex qui renvoie à une musique électronique
mélancolique basée essentiellement sur des claviers aériens et éthérés desquels
sortent des mélodies sombres et cristallines, el tout appuyé par des cœurs
fantomatiques. Un premier ep un peu répétitif mais très agréable à écouter et
quelque peu envoûtant.
 Dans une seconde partie, on découvre un versant plus
post-rock de [Pumuckl] qui mêle samples, guitares, beats electro, piano dans un
mix assez fourre-tout et surprenant qui pourrait ressembler, dans l’esprit, à
un projet annexe de Sylvain Chauveau. Deux eps intéressants, très différents l’un
de l’autre qui pourraient bien trouver refuge sur un label sans doute exigeant
et pointu.
(3.0)

Benoît Richard


L’oreille, webzine région centre.

Philosophage
Un extra-terrestre stéoruellan
(d’adoption ?) du nom de Pumuckl – que vous avez certainement dû voir
trimbaler ses antennes lors de concerts post-rock, noise, musiques improvisées
ou de chanson française actuelle sur l’orléanais – débarque avec un prodigieux
condensé musical, qui reprend une partie de sa quête insatiable d’ondes
sonores, d’univers ambiant et d’amour de chansons langoureuses. Son énergie lui
vient du fin fond de la
Constellation (un label des plus innovants en matière de
musiques amplifiées). Ce simple mais puissant enregistrement (sur ordinateur)
vous fait l’effet d’un pouvoir instantané hypnotique, aux stèles incisives et
aux profondeurs troubles. Pumuckl, pour définir un univers introspectif au gré
d’imbrications lentes et puissantes de samples merveilleusement dosés,
d’incursions efficaces de beats élaborés pour une exploration sonore (toujours
plus) ascendante que livre déjà une guitare en discontinuité, munie de
multiples effets, et un violoncelle suave et mystique (entre les mains
délicates de Sarah)… les actes de Philosophage vous pénètrent, défilant et
prenant succinctement sens… se faisant l’écho (momentané) de l’intemporel…

Lo streum


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :